top of page

UNE MAUVAISE MISE EN SCENE ?



Les négociations salariales ont débuté mardi 23 mars. Depuis de nombreuse années, la CFDT a négocié des augmentations de salaires justes et équitables en fonction des résultats financiers de l’entreprise. DEROULEMENT DE LA NEGOCIATION : • Le 16 mars : remise et explications sur les documents chiffrés de la Direction. Lors de cet échange, la CFDT a demandé des compléments d’information sur de nombreux points. La Direction s’était engagée à transmettre les éléments pour le 19 mars au plus tard afin que les élu.e.s CFDT puissent préparer correctement la première réunion de négociation. • Le 22 mars, les élu.e.s CFDT réclament les documents à la Direction. Celle-ci répond qu’ils leurs seront présentés lors de la première journée de NAO… • Le 23 mars : la Direction présente une partie des éléments demandés et affiche sa volonté de conclure la négociation dans la journée. La séance doit être interrompue afin que chaque organisation puisse préparer ses revendications. En fin de matinée, toutes les organisations syndicales affichent leurs revendications mais pas la Direction contrairement à la coutume. La Direction demande à reprendre la négociation à 13h45 et revient avec une proposition inacceptable et insiste pour que la négociation se termine rapidement. Vers 15h30, au vu de la tournure des événements, la CFDT explique qu’elle ne fera pas d’autre proposition ce 23 mars afin de prendre le recul nécessaire sur les points de désaccord. Finalement après un tour de table, la Direction demande une interruption de séance et fait une nouvelle proposition aux organisations syndicales après une explication avec vos élu.e.s CFDT. LES RAISONS DU DESACCORD : 1. La Direction essaye de manipuler les organisations syndicales en ne leur remettant pas en temps et en heure les documents nécessaires à la négociation. 2. La Direction tente de précipiter la signature d’un accord en une seule journée alors qu’elle a promené pendant des mois les élu.e.s avec un PSE et un accord télétravail avorté. 3. Lors de sa dernière proposition, la Direction est revenue sur l’augmentation de la mutuelle qu’elle avait pris à sa charge en janvier du fait du déséquilibre sinistre/ prime lié au manque de prévention dans l’entreprise. Pour rappel, la Direction a des obligations légales avec la mise à jour annuelle du DUERP (Document Unique d’Evaluation des Risques professionnelles) et du PAPRIPACT (programme annuel de prévention des risques professionnels et d'amélioration des conditions de travail dont le CSE n’a toujours pas entraperçu la moindre mesure). La CFDT a d’ailleurs négocié un accord sur l’intéressement technique incluant les RPS afin de challenger la Direction. Rien n’y fait ! La Direction n’a toujours pas présenté les documents (DUERP et PAPRIPACT) complets et à jour.


Pour la CFDT, la façon de procéder de la Direction est INACCEPTABLE car elle ne fait pas le nécessaire en matière de prévention pour protéger les salarié.e.s. De plus, elle utilise les augmentations de tarif récurrentes de la mutuelle et de la prévoyance - dont elle est en partie responsable - dans le but de faire croire aux salarié.e.s qu’elle participe généreusement aux augmentations de salaires !!! La CFDT demande donc à la Direction de présenter très rapidement le Document Unique (DUERP) à jour ainsi que le PAPRIPACT mais aussi de dissocier l’augmentation de la mutuelle des NAO !



DESEQUILIBRE MUTUELLE-VF
.pdf
Download PDF • 271KB

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page