top of page

DROITS ET DEVOIR DE DECONNEXION


DÉCONNEXION : UNE QUESTION D’ÉQUILIBRES


Bien souvent, on parle de déconnexion pour ne plus recevoir de mails le soir, le week-end ou durant une période de congés. S’il constitue aujourd’hui un droit, il convient toutefois de rappeler que :

La déconnexion s’applique aussi tout au long de la journée : on estime à 8 minutes le temps maximum de concentration entre deux interruptions, causées principalement par la réception d’e-mails.

La connexion n’est plus limitée aux murs de l’entreprise car les clients et usagers sont de plus en plus connectés.

Tout le monde ne peut pas toujours se déconnecter : à côté́ du chef d’entreprise déconnecté́ tout en restant joignable grâce à ses collaborateurs, d’autres doivent pouvoir être joints en permanence par tous les moyens.

• La connexion permanente semble ne pas poser problème à certains : ceux-là̀ auront besoin d’être formés pour savoir placer le curseur de leur propre équilibre au bon endroit, c’est à-dire sans prendre de risque pour leur santé.


LES DANGERS D’UNE TROP GRANDE CONNEXION


En plus du travail qu’ils rapportent souvent à la maison, de nombreux cadres doivent aussi traiter le soir les mails ou la messagerie instantanée qui fonctionne en continue, tout en alimentant eux- mêmes ce flux. « Ça ne s’arrête jamais » témoignent certains.

Mails, réseaux sociaux, alertes Google... : trop de sollicitations - parfois simultanées - peuvent provoquer chez certains une overdose qui peut aller du simple « ras-le- bol » au burn-out. Le salarié n’arrive plus à gérer cette masse d’informations qu’il se sent obligé de digérer (on parle ici d’ « infobésité́ ») pour rester dans la course, et avec la crainte de manquer l’information capitale.


LA CFDT PRÉCONISE...


De bien évaluer la charge de travail de chacun.e afin qu’elle soit adaptée à un temps de travail raisonnable et n’engendre pas des besoins réguliers de reconnexion au-delà̀ de la journée.

§De ne pas appliquer des solutions toutes faites mais plutôt se baser sur la réalité́ de l’entreprise. Faut-il fermer le serveur à 18 heures si les salariés utilisent des stratégies de contournement ?

De rappeler le droit de chacun.e de se déconnecter, et aussi du devoir qu’il a de le faire vis-à-vis de ses collègues : nous pouvons devenir un pollueur en puissance quand nous répondons à nos mails à toute heure du jour et de la nuit.

§D’avoir à l’esprit que le besoin de déconnexion est subjectif : deux individus connectés peuvent ne pas vivre cette situation de la même façon. Mais les deux ont besoin d’être informés et formés sur la nécessité de se déconnecter.

§De savoir écouter l’entourage : nous ne sommes pas toujours objectifs sur notre propre situation. Certain.e.s peuvent percevoir que nous avons besoin de nous déconnecter alors que nous ne ressentons aucune gêne.



La CFDT a obtenu la négociation d’un accord sur le télétravail lors des dernières NAO.

Celui-ci doit être obligatoirement accompagné d’un accord sur le droit à la déconnexion.

Une entreprise comme ROQUETTE se doit d’avoir un accord sur le télétravail et non une charte décidée unilatéralement afin « d’améliorer la Qualité de vie au Travail « de ses salarié.e.s.


L’importance d’un syndicat majoritaire, vraie force de proposition et d’opposition





403 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Commenti


bottom of page