top of page

La CFDT ne négociepas sous la pression

Aujourd'hui, lors de la réunion de relecture de l’accord concernant les comptes d’heures, les

représentants de la direction sont revenus sur la notion d’accord cadre.

Si un éventuel accord était signé, il ne s’appliquerait qu’à Lestrem, chacun des sites français

devrait négocier un accord spécifique.

La CFDT déplore néanmoins que les représentants de la Direction n’entendent pas les

préoccupations des salariés.

Pour la CFDT régler les comptes d’heures n’est pas une solution

à prendre ni à la va vite, ni à la légère.

Pour les élus CFDT, le choix des salariés est à prendre en considération pour gérer ce passif.

N’oublions pas que l’état actuel des compteurs d’heures est le résultat d’heures supplémentaires

effectuées par les salariés au cours des années précédentes, soit par manque d’effectif soit par

une gestion contestable des organisations.

Pour la CFDT :

Le niveau des comptes d’heures n’est pas de la responsabilité des Salariés.

L’emploi est une donnée incontournable du problème non intégrée dans cet accord.

L’impact de la création de nouveau dispositif (CET et PERCO) est à mesurer précisément

avant de signer cet accord.

Les salariés ne doivent pas être contraints de payer des majorations d’impôts ou de perdre

des droits sociaux à cause du paiement de ce passif social.

La direction menace de prendre des mesures unilatérales si un accord n’est pas trouvé.

Faut-il accepter cette façon de négocier ?

Les autres organisations syndicales autour de la table sont favorables pour signer cet accord.

La CFDT a clairement annoncé qu’elle ne signerait pas cet accord dans l’état et n’exclue pas la

possibilité d’utiliser son droit d’opposition.



non
.pdf
Download PDF • 55KB

1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page